Séverine Doerflinger

 

Suite à une mutation en région parisienne, Éliane Fauchard a dû cesser sa mission de coordinatrice pédagogique pour la Promotion 2021, côté ouest. Un grand merci à elle pour cette année d’accompagnement et d’implication auprès de nos jeunes !

Séverine Doerflinger, Professeur Agrégé de Lettres Modernes au Collège Jean Lacaze à Grisolles (82) et à l’ENAC Toulouse, assure désormais cette fonction et découvre un nouveau rôle au sein de la Fondation, après avoir été tutrice.

Vous avez accepté de prendre le relais d’Eliane Fauchard. Comment envisagez-vous ce rôle en ce début d’année scolaire ?
Cette mission revêt à mes yeux une dimension particulièrement importante, puisqu’une nouvelle année scolaire débute pour les lauréats de la Promotion 2021. Il s’agit dès lors pour moi d’être à l’écoute des étudiants et des tuteurs pour répondre à leurs interrogations et pour les aider si besoin à créer du lien entre eux. La ressource que constitue la présence d’un référent pour ces jeunes est essentielle et je veillerai à ce qu’ils en tirent profit au maximum.

Comment avez-vous connu la Fondation ? 
La Fondation m’a contactée en 2012 pour me proposer de devenir tutrice pour une lauréate investie dans des études en classe préparatoire littéraire, puisque mon parcours scolaire était similaire. J’ai alors pu découvrir les ambitions d’excellence nourries par la Fondation ainsi que le programme d’aide, très complet, proposé aux jeunes sélectionnés. Trouvant, en tant que professeur, cette démarche pertinente et utile, j’ai accepté d’y participer.

Quels conseils souhaitez-vous donner aux nouveaux lauréats ? 
Il me semble tout d’abord important en cette rentrée de rappeler aux lauréats qu’ils s’engagent avec sérieux et enthousiasme dans leurs études, puisque c’est la voie qu’ils ont choisie. J’aimerais également leur dire d’oser croire en leurs qualités réelles, qui se sont déjà nécessairement illustrées dans leurs réussites précédentes et dans leur intégration au sein de la Fondation.  Pour dissiper les doutes qui naîtront certainement par moment au cours de leur scolarité, s’appuyer sur l’expérience et sur les conseils de leurs tuteurs et tutrices sera un avantage indéniable. Enfin, après ces dernières années difficiles, retrouver des contacts humains en présentiel et pouvoir recréer des liens solidaires et fraternels me paraissent être une grande chance que je les exhorte à savourer au quotidien.

Vous avez également été tutrice, pouvez-vous nous en dire plus ? 
J’ai en effet été tutrice de trois lauréats de 2012 à 2020. Ces étudiants suivaient tous un parcours littéraire, proche de celui que j’ai mené, mais leur profil était très différent. Les conseils que j’ai pu leur apporter étaient ainsi spécifiques à chacun, puisque leurs questionnements ne portaient pas sur les mêmes sujets. Il pouvait ainsi s’agir de répondre à leurs interrogations sur la poursuite d’études et sur les débouchés, de les rassurer sur leurs capacités et de les remotiver face aux difficultés rencontrées lors d’un cursus exigeant, ou, plus simplement, de les aider à affiner des outils d’ordre méthodologique dans la réalisation de certains exercices.

Pensez-vous que votre expérience auprès de la Fondation puisse vous apporter une plus-value dans votre métier de professeure agrégée ? Et inversement ?
Le fait d’avoir suivi des étudiants pendant plusieurs années m’a permis de mieux comprendre les difficultés que certains jeunes pouvaient rencontrer lors de leur cursus. Chaque parcours est différent et personnel, et les échanges que j’ai pu avoir avec les lauréats que j’ai accompagnés m’ont aidée à mieux percevoir, à l’heure de la nécessaire différenciation pédagogique dans le métier de professeur, l’étendue des moyens à mettre en œuvre pour répondre au mieux à la variété d’élèves qui nous sont confiés. L’apport de ces années de suivi au sein de la Fondation est donc évident dans ma pratique professionnelle. Parallèlement, mon propre parcours, marqué par des études exigeantes, et mon expérience de professeur, fondée sur la connaissance précise des attentes des différents cursus, me conduisent à pouvoir appréhender les principales interrogations des lauréats. Ce partenariat avec la Fondation est bien une richesse à tous niveaux.

Septembre 2022