Christian Dasi

 

Proviseur honoraire du Lycée Pompidou de Castelnau-Le-Lez dans l’Hérault, Christian Dasi est, depuis septembre 2019, membre du Comité d’Excellence de la Fondation et coordinateur pédagogique de la Promotion 2019 pour le Pôle Est. Rencontre.

Vous êtes le coordinateur pédagogique de la promotion 2019 pour le Pôle Est, pourquoi avoir accepté ce rôle ? 
J’ai accepté d’être le coordinateur pédagogique car les jeunes ont besoin d’un  accompagnement  humain et pédagogique tout au long de leur cursus scolaire et universitaire. Même si depuis  vingt-cinq ans, nous avons en France, une population de plus en plus diplômée, les disparités selon le milieu social restent importantes. Tous les jeunes ne sont pas égaux dans leur scolarité et cela s’accentue dans le supérieur. La catégorie socio-professionnelle des parents et leur réseau jouent un rôle important. C’est cette profonde inégalité que j’ai essayé de limiter tout au long de ma carrière par des dispositifs pédagogiques, des actions d’information, une grande disponibilité envers les lycéens et leur famille ou par le recours à des aides directes venant de particuliers, d’entreprises ou comme celle de la Fondation, c’est pourquoi je me suis engagé auprès de la promotion 2019.

Vous servez-vous de votre expérience en tant que proviseur pour assurer ce rôle ? 
Comme je l’ai indiqué dans ma précédente réponse, mon principal objectif a toujours été de réduire les inégalités, de favoriser la réussite aux examens et l’accompagnement dans la poursuite des études et l’insertion des jeunes et des adultes en difficulté sans pour autant négliger les élèves dits « favorisés ». Comme serviteur de l’État, j’ai toujours œuvré pour un service public de qualité. Mes valeurs et les compétences mises en œuvre me permettront d’accompagner les lauréats avec bienveillance comme j’ai pu le faire avec les élèves et adultes que j’ai côtoyés pendant mes 40 années d’expérience comme professeur, formateur, conseiller en formation continue et proviseur.

Comment avez-vous connu la Fondation ? 
C’est ma collègue et amie Marie-Hélène BODILIS, coordinatrice de la précédente promotion, qui m’a contacté pour me présenter la Fondation. Comme nous avons exercé notre métier de proviseur avec les mêmes valeurs, j’ai accepté immédiatement.

Quels conseils souhaitez-vous donner aux lauréats ? 
Il faut être ambitieux et se donner, par le travail, les moyens de réussir. Si malgré cela, les aléas de la vie et les capacités mises en œuvre ne permettent pas la réussite, il ne faut pas baisser les bras et continuer à essayer d’atteindre son objectif. Parfois, on peut être contraint d’adapter ou de modifier son objectif. Il faut alors toujours valoriser les choix par défaut qui peuvent s’offrir ; l’essentiel étant de s’épanouir dans ses études et d’avoir une insertion professionnelle la plus adaptée possible au choix de vie envisagé.

Propos recueillis en mars 2020