Jules Queck : « L’Europe est avant tout un succès économique »

Aujourd’hui, l’Europe est mise en danger par la montée du populisme et celle de projets libéraux. Le projet européen est de plus en plus contesté par les citoyens qui se laissent influencer par des visions bien primitives. Il est clair que l’Europe présente des faiblesses, des faiblesses qu’il ne faut ni ignorer ni assimiler à un échec de l’Europe.

Ceux qui sont contre le projet européen oublient tout d’abord la réussite de ce projet. Ils oublient ce qu’ils doivent à l’Europe : la paix. Une paix qui est devenue bien banale dans notre société. Pour moi, l’Europe est avant tout un succès économique, le meilleur exemple est le secteur de l’aérospatiale et de l’aéronautique qui se classe au premier rang avec le lanceur Ariane et Airbus.

Nous devons consolider l’Europe pour l’adapter aux nouveaux défis des prochaines années et non la détruire. Il faut intensifier la coopération entre la France et l’Allemagne et rapprocher les peuples européens pour éviter la montée du nationalisme. Ce rapprochement s’effectue déjà avec les sections ABIBAC, BACHIBAC, OIB au lycée et doit être intensifié.

Ceux qui sont persuadés que l’Europe ne présente aucun avantage pour nos pays, peuvent regarder de l’autre côté de la Manche. Le Royaume-Unis se retrouve dans une grande incertitude : les grandes firmes étrangères quittent le pays, la livre perd en valeur, l’inflation augmente et le coût du départ s’élève à environ 40 milliards d’euros. Beaucoup de Britanniques commencent à regretter leurs décisions parce qu’ils ont l’impression qu’on ne leur avait pas tout dit …