Bérangère Solomiac

Bérangère Solomiac, lauréate de la promotion 2017, est étudiante en 2e année d’études vétérinaires à l’ENVT Toulouse. Elle parle de son expérience.

Pourquoi avoir choisi ces études vétérinaires ?
Plus jeune, je voulais être médecin légiste, j’adorais mener des enquêtes et la médecine m’attirait beaucoup. Suite au stage de 3e que j’ai réalisé dans une clinique vétérinaire, n’ayant pas l’âge requis pour suivre un légiste dans sa pratique, une vocation est née en moi. J’ai passé une semaine extraordinaire et j’ai su que je voulais devenir vétérinaire. J’aime la démarche diagnostique ainsi que la compréhension de la maladie dont souffre l’animal. Cela permet alors de pouvoir le traiter et le rendre en bonne santé à ses propriétaires pour qui il est si important.

Depuis 2015, l’animal est reconnu comme un “être vivant doué de sensibilité”, ce changement de statut juridique a selon moi marqué un premier pas vers une meilleure considération des meilleurs amis de l’homme. Il faudrait cependant faire encore plus attention à ces êtres sensibles qui ne demandent qu’un peu de bienveillance en retour de l’amour qu’ils nous apportent. Suite au confinement, les humains ont pris encore plus conscience du soutien que peuvent apporter ces compagnons au quotidien.

Comment avez-vous connu la Fondation ?
Lorsque j’étais au lycée, toutes les terminales ont reçu un mail présentant la Fondation Groupe Dépêche et les bourses actives, j’ai alors tenté ma chance.

Que vous apporte-t-elle depuis quatre ans ?
Être lauréate de la Fondation m’apporte un soutien moral qui est d’autant plus important en cette période difficile. Cela m’a aussi permis de faire de belles rencontres aussi bien avec le personnel de la Fondation, mon tuteur, que les autres lauréats venant d’horizons divers et que je n’aurais jamais rencontré sans la Fondation. Par ailleurs, mon tuteur qui est vétérinaire me guide dans mes études et me donne des conseils très utiles. De plus, le soutien financier des bourses actives me permet de financer mes études et m’a permis par exemple d’acheter mon premier ordinateur.

Quels conseils donneriez-vous aux lycéens qui candidatent aux bourses ?
Peu importe le cursus et le lycée d’origine, tout le monde a sa chance ! Il faut y croire, ne pas s’autocensurer et le plus important est d’être motivé, de croire en ce que l’on veut faire. La Fondation est une opportunité, il ne faut pas avoir peur, juste se lancer et montrer notre motivation.

Mai 2021