Florian Martinez

Sans titre-2

Florian Martinez fait partie de la promotion 2016. Actuellement en Master 2 Politiques Européennes et Affaires Publiques (PEAP) à Sciences Po Strasbourg, il s’intéresse vivement aux questions de société. Il y a quelques jours, il a passé la soutenance de son mémoire de recherche effectué en Master 1, un mémoire profondément ancré dans l’actualité, dont il a décidé de nous parler plus amplement. 

« Depuis septembre 2019, j’ai fait des recherches sur la question de la compatibilité de la transition écologique avec le modèle du libre-échange porté par les gouvernements européens. Mon mémoire se concentre sur des accords comme le CETA (entre l’UE et le Canada) ou le Mercosur (entre l’UE et le Brésil), des traités internationaux décriés pour leur impact environnemental néfaste sur le climat.

A la base, c’est un sujet de droit européen. A partir d’études sur l’internationalisation du marché intérieur, j’ai cherché à démontrer comment l’Union Européenne est capable d’influencer des systèmes juridiques étrangers, en exportant ses propres normes environnementales. Au final, mes recherches ont acquis avec le temps une vraie dimension géopolitique. Le titre – « Verdir la politique commerciale commune : l’efficacité juridique des clauses environnementales des accords de libre-échange nouvelle génération » – illustre parfaitement la jonction entre les problématiques de relations internationales et celles de droit, puisque l’enjeu pour Bruxelles est bien d’imposer un nouveau cadre commercial mondial aux autres États.

D’un point de vue climatique, le mémoire permet de comprendre concrètement comment l’Union européenne peut agir en Amazonie contre la déforestation de la forêt tropicale, par le biais des accords de libre-échange. Mes recherches expliquent également pourquoi l’Union européenne a le pouvoir de faire du climat un enjeu diplomatique, en essayant de convaincre systématiquement des pays réputés « pollueurs » de respecter les engagements de réduction de dioxyde de carbone, pris dans le cadre de la COP 21.

L’actualité récente, marquée par les négociations du Green Deal et du plan de relance européen, ou encore l’impact environnemental de la crise sanitaire du Covid-19, ont remis ces thématiques au cœur des débats publics.»            

Septembre 2020