Onour Perk

ONOUR PERK LAUREAT FONDATION GROUPE DEPECHE

Il a grandi à l‘ombre des arènes, ces dix dernières années, à Lunel (Hérault). Mais ce ne sont pas les taureaux qui le font rêver. Onour Perk a choisi les langues comme passeport pour l’avenir.

Son objectif : devenir interprète de conférence en plusieurs langues. Son ambition n’a pas de limites. Il rêve d’UE, de l’Unicef et pourquoi pas de l’ONU ! Lauréat 2016 de la bourse de la Fondation Groupe Dépêche, son profil a naturellement retenu l’attention du jury. Elève brillant, il a décroché son bac L avec plus de 18 de moyenne.
Lui qui détestait lire quand il était petit, s’est révélé à l’entrée au lycée. “Je suis passé en 2nde de 12 à 18 de moyenne. Avant, je n’arrivais pas à être moi-même au collège Frédéric-Mistral. C’était difficile d’affirmer son identité”. L’ambiance est alors pesante à Lunel, surnommée la capitale du jihad, après la mort d’une dizaine de jeunes en Syrie. Onour, lui, ne se détourne pas de sa voie : “Je consacre ma vie à mes études”.

La bourse de la Fondation lui permettra de louer un petit appartement en ville afin de réduire le temps de trajet entre chez lui et l’université Paul-Valéry où il suit une double licence de LEA. Soit plus de 30 heures de cours. Originaires de Kayseri en Turquie, ce sont eux qui ont fait naître son amour des langues. “Être bilingue m’a donné des facilités pour l’apprentissage des langues. C’est une gym du cerveau.” Curieux de tout – il joue de la musique, a fait de la danse – il compte aussi sur son futur tuteur pour le coacher : “J’entreprends toujours plusieurs choses à la fois. J’ai besoin d’aide pour éviter de me disperser”. Onour n’a désormais qu’une hâte : que les cours reprennent.