Melisa Dzihic

Melisa Dzihic, de Saint-Juery, lauréate 2018, est actuellement en première année de BTS commerce international au lycée Ozenne à Toulouse.

 Comment avez-vous connu la Fondation ?

Lors de mon année de terminale, une de mes enseignantes a envoyé un mail à l’ensemble des terminales de mon lycée dans lequel elle présentait la Fondation, je me suis donc renseignée. Je trouvais le concept intéressant car je n’imaginais pas un grand nombre de personnes croire en des jeunes qui à l’époque n’étaient que des lycéens préparant le baccalauréat.

Comment s’est passé l’entretien ?

C’est impressionnant d’arriver dans un grand établissement toulousain. J’ai été très bien accueillie par d’anciens lauréats de la Fondation avec qui j’ai pu converser et qui m’ont fait part de leur expérience. J’étais, je dois avouer, un peu stressée, car j’avais préparé un petit résumé de mes projets, dans lequel j’indiquais au jury que je parlais 4 langues, le français, l’anglais, l’espagnol, et par mes origines le croate. Mon entretien a eu lieu le 11 juillet 2018, soit quatre jours avant la finale de coupe du monde de football France-Croatie. Quand j’ai dit que je parlais croate, le jury s’est mis à rire. Ses membres m’ont demandé pour quelle équipe j’étais… J’ai répondu que j’étais pour les deux équipes car dans tous les cas j’étais gagnante. À partir de là je dois avouer que je ne pensais plus une seconde au « résumé » prévu et mon entretien s’est déroulé de façon conviviale.

Où en êtes-vous de votre parcours supérieur ?

Je viens d’achever ma première année en BTS commerce international au lycée Ozenne à Toulouse. Une année courte mais très intensive dans la charge de travail et un rythme quotidien cadencé. Cette année a été très enrichissante pour moi car j’ai appris énormément de choses et j’ai pu constater une évolution positive dans ma façon de travailler et de penser aussi. Je me prépare pour partir en stage en Croatie. J’ai eu la chance d’avoir une réponse positive dans une entreprise américaine localisée à Los Angeles mais le projet n’a malheureusement pas pu se faire par faute à cause des délais administratifs. Mais je compte bien y aller pour mon stage de deuxième année. A la fin de mon BTS, je compte continuer les études en licence et aller le plus loin possible.

Que vous apporte la Fondation ?

La Fondation donne l’opportunité à des étudiants de bénéficier d’une bourse, mais elle offre également des aides comme le tutorat. Mon parrain est un ancien lauréat, Pierre Avizou, qui travaille aujourd’hui dans une start-up dans le domaine commercial. Nous échangeons régulièrement quand j’ai besoin d’aide ou pour prendre des nouvelles.

Que pourriez-vous dire à un bachelier qui pourrait candidater ?

Premièrement il faut bien préparer le bac, mais aussi prendre cette opportunité au sérieux et ne pas se dire « je ne serai pas choisi » car « qui ne tente rien n’arrive à rien ». Cette expérience ne peut que rendre gagnant. Donc pourquoi ne pas essayer ?

Mai 2019