Laetitia Sireix

laetitia-sireix

Leatitia Sireix, lauréate de la promotion 2011, vit aujourd’hui à Paris et exerce la profession de make-up artist dans la  mode. « Je suis en train de vivre la vie dont  j’ai toujours rêvé  » avoue-t-elle. Elle est reconnaissante envers tout ce que  lui a apporté la Fondation que lui a fait découvrir sa grand-mère après avoir lu un  article dans La Dépêche du Midi.

Quelle formation avez-vous suivie ?  
J’ai toujours su que je voulais travailler dans le maquillage, alors je suis partie en formation professionnelle directement après le collège. J’étais pressée de découvrir le monde professionnel mais j’ai quand même passé tous les examens nécessaires avant de me lancer ! J’ai donc obtenu un CAP esthétique-cosmétique au lycée Reffye à Tarbes, un Bac Pro et un BTS esthétique-cosmétique au lycée Hélène Boucher à Toulouse , une licence professionnelle dermo-cosmétique à la Faculté de pharmacie de l’Université Paul Sabatier à Toulouse puis je suis partie à Paris faire une formation de maquillage professionnel à l’école D-MAI dans le 11ème

Que vous a apporté le soutien de votre tutrice ?
Ma tutrice, Véronique Levi, Directrice du Spa des Capucins à Montauban m’a apporté un appui, une écoute et des encouragements dans mes choix professionnels.

Avez-vous prolongé des contacts avec la Fondation ?          
Je reçois toujours la newsletter donc je suis informée de l’actualité de la Fondation, de ses événements et je découvre des nouveaux tuteurs et membres du Comité d’Excellence qui participent à son évolution au fil des années.

Quels souvenirs gardez-vous de la remise du « paquetage de rentrée »       
J’ai eu la chance d’avoir deux parrains pour ma promotion : Claude Onesta qui était l’entraineur de l’équipe de France de Handball et Tugan Sokhiev, Directeur musical de l’Orchestre national du Capitole. C’était une soirée très importante pour moi et très impressionnante, les discours des parrains m’ont beaucoup marquée. J’étais vraiment honorée d’être là et d’avoir la chance d’être une lauréate de la Fondation.

En quoi consiste votre profession ?   
On fait appel à moi pour des shootings photo, pour des magazines de mode, pour des marques ou lors d’événements. Je travaille aussi lors des Fashion Week de Paris pour les défilés de mode. C’est un métier passionnant, c’était mon rêve et je l’ai réalisé. Maintenant le rêve continue et je travaille dur pour évoluer et toujours aller plus loin. Le plus difficile est de se faire une place et de se créer un réseau. C’est quelque chose qui se construit petit à petit et qui ne cesse d’évoluer. Mais j’ai toujours été persuadée que si on est vraiment motivé, que l’on sait ce que l’on veut et qu’on met en œuvre tous les moyens pour l’obtenir ça finit toujours par payer !