Joane Delambre

Joane Delambre, lauréate de la fondation depuis septembre 2016 et actuellement étudiante à l’IFMK, revient ici sur son parcours depuis le PACES et sur ce que lui apporte les études qu’elle poursuit.  

Après deux années de totale dévotion dans mes études pour réussir le concours de la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé), je me sens aujourd’hui heureuse et fière d’avoir pu intégrer la filière de masso-kinésithérapie.

Actuellement en première année, j’ai commencé à découvrir les joies de cette profession qui mêle (entre autres) de nombreuses connaissances sur le corps humain et son fonctionnement, ainsi que de la pratique. Cette formation me plait énormément, la façon d’enseigner et d’apprendre y est novatrice ; de plus les stages dans le secteur institutionnel (hôpital, clinique, centre …) et dans le secteur libéral nous ouvrent les portes de la profession, tout en concrétisant et en renforçant les connaissances acquises à l’IFMK (Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie). De l’anatomie à la psychologie, en passant par la santé publique (et bien d’autres matières encore), la formation couvre de larges domaines d’apprentissage afin de former de futurs professionnels de santé compétents mais aussi empathiques et à l’écoute des patients, pour une prise en charge optimale. Ce qui m’a séduit dans la masso-kinésithérapie, c’est le fondement profondément « humain » de cette profession, alliée à l’idée que nous possédons en nous-même les ressources pour aller mieux, pour nous soulager, pour nous rééduquer, voire pour nous soigner ! « Passionnant » … Voilà le mot qui me vient à l’esprit quand j’étudie ce qu’est le corps humain, comment il fonctionne et pourquoi … Je suis tellement reconnaissante d’avoir accès à ce savoir !

En parallèle de mes études de masso-kinésithérapie, je suis engagée, depuis un an maintenant, au sein du Tutorat Associatif Toulousain (TAT) où mes missions de tutrice et de marraine consistent à apporter aux étudiants en PACES un soutien psychologique, pédagogique et méthodologique, dans le but de les aider dans la préparation de leur concours. Je suis très attachée aux valeurs de solidarité et de partage que portent le TAT et il était important pour moi de « rendre » ce que j’avais moi-même reçu lorsque j’étais étudiante en PACES.

Mon expérience associative ne s’arrête pas au TAT. Récemment j’ai été élue membre du Bureau des Etudiants (BDE) de l’Association Toulousaine des Etudiants en Kinésithérapie (ATEK). Je suis chargée de représenter l’ATEK au sein de notre fédération territoriale : l’Association Générale Etudiante de Midi-Pyrénées (AGEMP). Je compte bien m’investir pleinement dans l’ATEK et apporter ma pierre à l’édifice !

Juin 2019