Emilie Bertrand

 

Après une brillante année de terminale à Castres, Émilie Bertrand a intégré une Classe Prépa Biologie-Chimie-Physique-Sciences de la Vie et de la Terre au Lycée Pierre de Fermat à Toulouse et fait également partie de la Promotion 2019. Voici son retour d’expérience.

Vous êtes actuellement en Classe Prépa BCPSVT, comment se sont passés ces premiers mois en tant qu’étudiante ?
Mes premiers mois en tant qu’étudiante se sont plutôt bien déroulés. Malgré une charge de travail exigeante, j’aime beaucoup ce que je fais et ce que j’étudie, ce qui a dû sûrement m’aider à bien m’adapter à ce nouvel environnement. Je ne regrette pas mon choix d’avoir poursuivi mes études dans ce domaine. Même si les classes préparatoires ont une réputation de compétition entre élèves et d’individualisme, j’ai pu constater que le lycée où j’étudie conserve une bonne ambiance, une émulation saine et un esprit d’entraide.

Vous faites partie de la Promotion 2019 des lauréats de la Fondation, comment avez-vous connu l’existence des Bourses Actives ?
J’ai connu la Fondation grâce à ma professeure de Sciences de la Vie et de la Terre de Terminale. Elle m’a encouragée à tenter ma chance. J’ai suivi son conseil et me suis renseignée à ce sujet pour poser ma candidature.

Quel souvenir gardez-vous de votre oral de sélection ?
J’ai toujours été sujette au stress par les oraux. J’avoue être allée à cet entretien peu rassurée. J’en garde cependant un souvenir agréable. En effet, les lauréats présents étaient là pour nous rassurer et aussi pour nous parler de leur propre expérience, ce qui m’a permis d’appréhender le passage de manière plus positive. De plus, le jury est bienveillant, de telle sorte que l’entretien apparaît davantage comme une discussion.

Avez-vous déjà pris contact avec votre tutrice Eliane Fauchard ? Qu’attendez-vous de ce soutien ? 
J’ai déjà pris contact plusieurs fois avec ma tutrice. Nous nous sommes rencontrées à deux reprises où nous avons pu échanger sur mes débuts en école préparatoire et mes projets d’avenir. Nous communiquons aussi quelques fois par messages. Elle est professeur en CPGE, ce qui est vraiment un bon soutien pour moi car elle est ainsi de très bons conseils dans ma poursuite scolaire.

Avez-vous déjà eu des contacts avec d’autres lauréats de la Fondation ? Qu’espérez-vous de ce réseau ?
J’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres lauréats de la Fondation, comme par exemple lors de l’oral de sélection à Toulouse, ou encore lors de la remise de diplômes aux Théâtre des Cordeliers à Albi, pour la Soirée Annuelle. Cela a été de bonnes rencontres, stimulantes et instructives. En effet, j’ai trouvé très agréable de pouvoir discuter avec des étudiants de mon âge ainsi que de pouvoir partager nos aventures respectives. J’espère que ce réseau me permettra de poursuivre le but que je me suis fixé, pouvoir entrer à l’École Normale Supérieure pour devenir enseignant-chercheur, grâce aux rencontres que l’on peut faire grâce à la Fondation, à ma tutrice et aux aides qu’ils proposent. Il est rassurant de savoir qu’il y a un réseau proche pour nous soutenir et nous aider en cas de problème comme une baisse de moral.

Mars 2020