Antoine Amalric

Antoine Amalric, Lauréat 2016

Antoine Amalric fait partie des 250 lauréats du programme des Bourses Actives proposé par la Fondation Groupe Dépêche. Cet étudiant du Tarn reçoit un soutien depuis 2016, année où il décidé de tenter sa chance pour obtenir une bourse.

Ce Castrais de 19 ans, étudiant en 2eme année double licence mathématiques- informatique à l’université Champollion d’Albi, est en effet ravi d’être lauréat de ce dispositif depuis qu’il a obtenu son bac au lycée de la Borde Basse à Castres. « J’ai entendu parler des bourses de la Fondation La Dépêche en terminale par mon professeur principal, se souvient le jeune homme qui a longtemps vécu à Lautrec avant d’emménager avec sa mère à Castres.
Cela m’a tout de suite intéressé car elle prônait des valeurs de sérieux et d’excellence. Et même si je n’avais pas des notes excellentes, j’avais été sérieux toutes mes années de lycée et j’ai toujours manifesté une soif d’apprendre. » Mais c’est sans trop y croire qu’il a postulé. Sa lettre de motivation et ses bulletins lui ont cependant permis d’être présélectionné pour un entretien.
Et la motivation du jeune Castrais et son potentiel ont visiblement séduit le jury. Puisque la Fondation a pris sous son aile le bachelier à la mention très bien en lui offrant une bourse (qui peut être renouvelé chaque année sur les cinq ans) cumulable avec les bourses d’Etat, un tuteur pour un accompagnement pédagogique, une coordination pédagogique, un appui pour l’obtention d’une chambre du Crous, une aide à la recherche de stages rémunérés dans sa filière de formation et une cellule de soutien psychologique

Si nécessaire pendant ses études. « La bourse simplifie beaucoup les choses au quotidien car c’est compliqué de devoir travailler à côté de cette double licence qui a été créée pour concurrencer les prépas. J’ai pu me concentrer sur mes études, explique Antoine passionné par l’électronique, la robotique qui ouvre la voie à l’innovation. La seule limite c’est l’imagination. Car on dispose de tellement de moyens dans ces domaines aujourd’hui qu’il faut juste trouver les bonnes idées ».
Mais il n’y a pas que l’aide financière qui facilite la vie de cet étudiant à qui les études ne laissent plus beaucoup de temps libre pour s’adonner au hockey-sur-roller qu’il pratique à Lautrec depuis 7 ans. L’apport de son tuteur, Hervé Pingaud, directeur de l’université Jean-François- Champollion et professeur à l’école d’ingénieur d’Isis à Castres (informatique et systèmes d’information pour la santé), est plus qu’appréciable pour lui. « Il me fait bénéficier de ses conseils et de son réseau. Il me guide dans mon orientation et mes projets. Cela m’ouvre des portes incroyables pour mes stages » raconte le jeune homme qui encourage fortement les futurs bacheliers à postuler pour être lauréat de la Fondation.