Anouk Bouhamidi

anouk-photo_modifiee3

En quoi consiste le métier d’éthologue ?
L’éthologie correspond, étymologiquement, à la science des mœurs. Le métier de l’éthologue consiste donc à analyser les différents types de comportements animaux, domestiques ou à l’état sauvage. C’est un métier qui se base avant tout sur l’observation, les expériences et les capacités d’analyse. L’éthologue dresse alors des rapports (des éthogrammes), peut faire des liens avec d’autres espèces, observe ce qu’une espèce a d’unique ou ce qui la lie et la rapproche des autres. Il s’agit également de comprendre les animaux afin de mieux les protéger.

Qu’est-ce qui vous a motivée à vous diriger vers cette profession ?
Passionnée de chevaux depuis toute petite, j’ai découvert cette profession par le biais d’un magazine destiné aux jeunes cavaliers. J’ai ensuite entrepris de nombreuses recherches à ce sujet. Il s’est avéré assez tôt que mon choix de métier serait celui-ci ! Je ne me voyais pas monitrice d’équitation, diriger une structure ou encore moins vétérinaire. Toutes les espèces animales m’intriguent.
C’est donc avant tout un grand intérêt pour les animaux qui me motive, même si aujourd’hui, cette perspective prend encore une autre dimension pour moi : elle constitue un vecteur de prise de conscience chez les gens. Je ne veux pas faire du militantisme acharné, mais il me semble très important que des études comportementales soient réalisées et rendues publiques par des grands organismes de recherche.

Comment se déroulent les études ?
Des études de biologie sont fortement recommandées. Personnellement, je dois cette année faire une mise à niveau scientifique puisque je possède un bac littéraire. Ensuite, le cursus Licence-Master-Doctorat est le plus simple, avec une Licence de biologie (mention « biologie des organismes » de préférence), puis un Master en comportement animal. Cela touche à la psychologie cognitive, les neurosciences… Très peu de Masters sont proposés en France, il en existe un à Rennes, un à Paris et un à Strasbourg, davantage centrés sur l’éthologie et l’écologie. Seul le Master de Paris 13 accepte des licenciés de psychologie. L’éthologie est un secteur en pleine expansion, seulement la France a quelques décennies de retard par rapport à ses voisins nord-américains ! Les stages sont aussi recommandés, à l’étranger c’est encore mieux.

Comment avez-vous connu la fondation ?
J’ai connu la fondation par le biais de ma sœur aînée, qui avait elle aussi postulé il y a quelques années. Mon professeur principal en a reparlé, et m’a poussée à faire la demande de bourses privées.

Que vous apporte-t-elle ?
La Fondation Groupe Dépêche m’apporte avant tout un soutien financier. Je commence les études supérieures loin de chez moi, je ne suis pas issue d’une famille particulièrement aisée, et ce coup de pouce est nécessaire. C’est aussi rassurant de se sentir « parrainée » !